Dossiers

Hydratation, geste anti-âge : une vérité à bien comprendre…


Maintenir la peau à flots, c’est la base. On le dit, on le répète. Voilà pourquoi l’hydratation coule de source. En revanche, ce geste si familier peut être aussi une source de malentendus. Que comprennent réellement les clientes ? Plongeons dans leurs erreurs avant de passer en revue les nouvelles armes hydratantes face au temps qui passe…

Par Catherine Malaise

Non, mais à l’eau quoi ! : n’avez-vous jamais eu envie de détourner l’expression de la fameuse Nabila en découvrant à quel point certaines clientes se trompent au sujet de l’hydratation ? A force d’entendre qu’il s’agit du premier geste anti-âge, elles s’imaginent qu’il peut tout ! Leur argument : les dermatos conseillent exclusivement les crèmes hydratantes. Ok, pour lisser les ridules et les petits plis de sécheresse mais pour combattre le relâchement et combler les cassures profondes des ‘vraies’ rides, abreuver la peau – hélas – ne suffit pas. Manquer d’eau, c’est vrai, les accélère et les accentue. A vous de rectifier le tir, les hydratants ne remplacent pas les anti-âge : ils sont leurs alliés. « L’hydratation, on la met toujours en avant, car une peau bien hydratée reste belle visuellement et vieillit moins vite », souligne Sophie Talhouart, Directrice Formation chez Ella Baché. 

Vite, un spray d’explications !

Hydratation au top = assurance de santé cutanée. Abreuver correctement la peau soutient son métabolisme, l’aide à ‘travailler’ et à améliorer l’oxygénation de ses cellules. Un bon point :  l’oxygène est leur carburant pour fabriquer le collagène, la fibre de fermeté. L’hydratation joue un autre rôle primordial :  être le binôme des antiâge. Sans elle, ceux-ci ne pourraient tout simplement pas fonctionner. A rappeler à vos clientes tentées de zapper crèmes et sérums anti-soif !  « Plus la peau est hydratée, plus elle est réceptive aux actifs régénérants et raffermissants, reprend Sophie Talhouart. A l’inverse, entamer un soin anti-âge spécifique (Skinissime Ella Baché) sans corriger une nette carence hydrique n’a aucun sens. Il faut résoudre les problèmes dans l’ordre, agir dans la logique de la peau ». Ok, mais comment gérer une cliente qui se décide à venir en institut avec juste une idée en tête : passer à l’attaque des rides ! Pressée d’agir, elle ne veut pas entendre parler de d’une ‘bête’ hydratation, malgré un manque d’eau évident.

Stratégie : prévenir la cliente. Sans réhydratation préalable, sans désactiver la sensibilité ni récupérer une bonne tolérance, son épiderme risque de sur-réagir de façon inappropriée aux substances régénérantes anti-âge. Et là, personne ne sera content : moins d’impact, moins de rajeunissement…

Psychologie :  insistez ! Avec un soin hydratant cabine, la peau est déjà plus fraîche, plus lisse, plus rayonnante à la 1ère séance. Un excellent moyen pour fidéliser une nouvelle cliente et lui donner l’envie de revenir.

Tic-tac, tic-tac…
Pour corriger une déshydratation sévère, compter un mois de soins à domicile. Soit un cycle de renouvellement cellulaire.

« Ma peau est déshydratée, vous trouvez ? » 

Aie, aie : 90 % des femmes après 24 ans auraient déjà un manque d’hydratation. Estimation relayée chez Maria Galland par Esther van Meer. Son conseil : « l’été torride a fait beaucoup transpirer.  Avant toute chose, proposez à vos clientes un check-up qui déterminera l’état actuel de leur peau. Plus ou moins déshydratée ».

#  10 signes qui ne trompent pas :

  • teint terne
  • petits plis et ridules  
  • tiraillements, inconfort,
  • rougeurs
  • aspect mat/poudré de la peau
  • traits marqués
  • toucher rêche et rugueux
  • dartres et desquamation
  • échauffement et sensibilité accrue aux agressions externes
  • moins d’élasticité et de tonicité

Le processus peut être très rapide. Une mauvaise nuit, suivie d’une journée en espace climatisé ou surchauffé et le soir, la peau peut déjà être abîmée. Si elle cumulait toutes les erreurs possibles*, elle serait chroniquement déshydratée en un mois.

*Ni soin visage ni démaquillage, se passer juste le visage à l’eau, ne pas se protéger de la pollution

Aucune peau n’est à l’abri
Cas les plus fréquents : phototype clair avec peau fine, période de périménopause (dès les premiers disfonctionnements hormonaux et ensuite, au-delà de l’arrêt définitif des règles). Cette période de vie fragilise les tissus cutanés en les privant de la protection des lipides. Les peaux grasses sont, en principe, davantage à l’abri sous leur sébum. Sauf que… les nettoyants agressifs stop-brillance emportent le film hydrolipidique chargé d’isoler la peau. D’où, fuites d’eau et surproduction compensatoire de sébum.

Le teint terne, on le noie !

Avec sa Crème Visage 16, la marque française de soins naturels Baïja combat la peau éteinte par le manque d’eau. La formule hydratante abrite un complexe de 7 plantes et vitamines A-C-E qui agit comme un boosteur d’éclat. L’actif ‘fontaine’ ? Des feuilles de mélisse, en plus de l’incontournable acide hyaluronique.  

En fait, c’est quoi, hydrater la peau ?

Certainement pas, y injecter de l’eau en pot ou en tube ! Plus d’une consommatrice y croit parce que les visuels publicitaires le suggèrent : vagues, gouttes bleues. Ah, si c’était si simple… L’hydratation s’avère, au contraire, un processus complexe. D’un côté, le derme est un lac intérieur avec 70 % à 80 % d’eau. De l’autre, l’épiderme en manque cruellement. L’eau semble programmée pour s’en échapper et s’évaporer en surface. Dans la couche cornée, des acides aminés NMF (Natural Moisturizing Factors) ralentissent l’incessante fuite hydrique. La peau dispose de ‘freins’ supplémentaires : la densité de l’épiderme (effet barrière) et le film hydrolipidique de sueur et sébum qui le nappe. Au fil des ans, ce fonctionnement idéal est menacé par le ralentissement cellulaire et les diverses agressions susceptibles de détruire ou d’endommager les systèmes de protection.

Ouvrez le robinet des bonnes infos : vos clientes apprécieront

Hydrater, c’est maintenir les réserves hydriques de la peau.  Avec, à chaque niveau, des consignes différentes. En profondeur : la distribuer à travers les tissus. Dans l’épiderme : l’absorber et la retenir comme une éponge. En surface : stopper l’effet passoire via des agents filmogènes. Non délestée de son eau, la peau récupère peu à peu douceur, rebondi, souplesse et éclat. Elle peut mieux résister au temps : en ce sens, hydrater est un excellent réflexe antiâge ! Votre cliente doit retenir qu’hydratation rime avec nutrition. Les lipides des huiles végétales renforcent et reconstituent la protection du film hydrolipidique.

Que proposer ?

A. Les soins ‘seconde peau’ effet K-Way
Leur parfaite adhérence avec la peau garantit empêche la ‘perte insensible en eau’ et permet aux actifs de faire leur travail.

Ella Baché Nutridermologie Lab : Crème Magistrale Hydra Cationic, soin SOS des peaux chroniquement déshydratées. Une technologique cationique microcomblante (4 ans de recherches, inspirée des conditionneurs capillaires) y déploie un pansement protecteur qui s’élimine au démaquillage. Il protège la peau et la diffusion des actifs :  extrait de salicorne stimulant la circulation de l’eau, acide hyaluronique encapsulé, lipides de colza, huiles de bourrache et pépin de raisin pour colmater fonction barrière et film hydrolipidique. Résultat : soulagement ressenti dès le 1er jour, effet embellisseur rapide, réhydratation lissante prolongée

Secret de Sothys : gamme Premium tout juste revisitée ! Sa seconde peau biomimétique verrouille l’hydratation dans l’épiderme et y pousse les actifs de 4 nouvelles avancées technologiques. 1 : atteindre le cytosquelette des fibroblastes, 2 : réveiller les télomères, extensions des chromosomes, 3 : booster les anti-stress ‘vitogènes’ de la peau, 4 : soutenir la Protéine LOX, clé d’une meilleure densité cutanée.  Résultat : agir sur ces 4 paramètres augmente le taux de collagène & élastine et ralentit le vieillissement cutané dans sa globalité. Y compris la glycation, accusée de durcir la membrane cellulaire.

Utsukusy – Artificial Skin Cream & Serum. Des silicones réticulés enveloppent les traits d’une peau artificielle flexible et élastique. Evite les fuites excessives d’hydratation, assure un contact étroit avec les actifs régénérants/détoxifiants. Résultat : une lutte ‘peau à peau’ contre le relâchement, les rides et la perte d’élasticité.

Babor : la nouvelle ligne Doctor Babor Hydro Cellular mise sur l’effet patch des biopolymères pour réduire la perte d’eau. Impact maximal avec le ‘Moisturizing Serum’ qui stimule lipides, acide hyaluronique et collagène. 

B. les sérums-huiles
La cliente : « De l’huile pour hydrater ? Pas logique ! Quand la peau manque d’eau, il lui faut la fraîcheur d’un gel ».  Erreur : l’efficacité hydratante dépend des actifs ‘sourciers’ et non de la texture. Une consistance huileuse freine néanmoins l’évaporation naturelle en renforçant le film hydrolipique.

Decléor – Aromessence Néroli, sérum-huile aromachologique. Huiles végétales, huiles essentielles, acide hyaluronique. Lisse, hydrate et relaxe.

Mesoestetic : pionnière depuis 30 ans des minis formats ultra techniques, la marque dermo-cosmétique renouvelle sa gamme de home ampoules. « Des super concentrés en solutions huileuses pour des résultats rapides et durables », Ingrid Vander Zijpen (Diotima). Les ampoules proteoglycans sont des bombes d’hydratation (+ 100%) réservées aux peaux matures. En sus, double action fermeté et anti-rides. Les ampoules pollution defense déploient une protection urbaine multi-active. Par la même occasion, l’hydratation s’accroît de 85%.  La collection inclut des ampoules rénovatrices-exfoliantes glycolic +E+ F pour préparer la peau. Pratique : kit 10 doses, traitement 28 jours, 5 formules à prix accessible. TB : leur astucieux dispositif permet de les utiliser en plusieurs fois et de les transporter à l’abri de l’air.

Si un sérum-huile ne tente toujours la cliente, l’alternative existe : une crème moelleuse ‘huile dans eau’ aussi nourrissante et isolante. Bon choix : la nouvelle Day Cream & Night Cream Nimue. Ses substances actives phytoceutiques procurent confort, effets teneur et antifatigue, élasticité et hydratation (+97% après 14 jours).

Indispensable : hydrater de l’intérieur

Les formatrices sont catégoriques : peu d’efficacité à espérer des soins si la cliente oublie que la première source d’hydratation se boit ! Un verre d’eau (plate) par heure, soit 2 litres par jour. Aucun risque d’inonder la peau : elle est servie en dernier, après les organes vitaux (reins, cerveau, foie). Ses réserves hydriques dépendent des flux ‘in & out’. Le corps consomme souvent plus d’eau qu’il n’en reçoit. Gare au déficit.

Mieux :

  • boire (eau plate) avant d’avoir soif
  • réduire thé, café et alcool qui accélèrent la diurèse
  • manger fruits et légumes riches en eau (kiwi, orange, pomme, épinards, concombre)
  • inscrire au menu des poissons des mers froides

Immersion dans les aqua-actifs

L’acide hyaluronique…

Actif du rebond, Il est de tous les soins, de toutes les formules qui lissent les rides, repulpent et assurent une hydratation optimale. Sa capacité d’absorber jusqu’à 1000 fois son poids en eau continue à le placer en tête des agents hydratants. Décliné en plusieurs ‘tailles’ moléculaires, il peut désormais atteindre chaque couche de l’épiderme. Klapp lui dédie deux soins cabine : l’Hyaluronic aux amusantes textures bubble et jelly pour effacer les rides de sécheresse, l’Hyaluron Infusion pour travailler sur les rides profondes et l’ovale des peaux matures. Elles aiment : l’intense sensation lift de l’enveloppement. « Attention, prévient la commerciale Tina Collier, contre le relâchement de la peau, il faut la radiofréquence ou du moins, un soin Repagen ! ». A noter : les ampoules hydratantes Hyaluronic Power Concentrate sont désormais en revente. Chez Babor, la formatrice Tina Van Hoeck suggère une cure quotidienne de différentes ampoules à domicile. Durée : 6 semaines. Trop long pour vos clientes ? Proposez de remplacer la 1ère semaine de cure par un ‘Hydra Boost’ en cabine : 3 à 5 ampoules d’acide hyaluronique appliqué en une fois pour gorger la peau. Ensuite, une éventuelle séance d’ultra-sons. Maria Galland dévoile le record de son grand lancement ‘Lift Expert’ : 4 molécules d’acide hyaluronique ! « Après un modelage sculptant, l’effet rajeunissant est fantastique.  96% en 75 minutes ! » s’enthousiasme la formatrice Esther van Meer. A la vente, le rituel comprend 3 soins haute performance.

L’aloé vera

Cette plante dont les feuilles charnues regorgent de substances hydratantes anti-inflammatoire est une bénédiction pour les peaux déshydratées et sensibilisées. Leurs inflammations répétées accaparent le métabolisme cellulaire : l’énergie nécessaire à la production de collagène diminue. En désamorçant ce processus, l’aloé vera arme la peau contre le vieillissement. Rien d’étonnant de le retrouver dans les formules hydratantes. Pionnier des soins phyto-aromatiques, Yon-Ka l’adopté depuis des années déjà (ligne Hydra n°1), Bernard Cassière lui a fait confiance dès 2013 (soin cabine Hydra-Lock Bambou & Aloé Vera) et la réitère dans un protocole inédit incluant des manoeuvrers lissantes et liftantes. Marie Donnez, formatrice : « dans un soin antiâge, elles ont vraiment leur utilité pour rendre la peau plus réceptive aux actifs ». Chez Pharmos Natur, marque bio, le jus pur et frais d’aloé vera figure en tête des ingrédients de chaque produit. Il y remplace carrément l’eau ! Ses nutriments et oligo-éléments pénètrent jusqu’au tissu conjonctif, décongestionnent et enclenchent les processus de régénération. La gamme, entre cosmétique traditionnelle et médecine, cherche à donner de bons résultats à partir de soins simples, estime l’importatrice Elke Theves. Le plus simple : une feuille d’aloé vera dont on prélève deux segments pour traiter directement la peau !

 Les algues…

A marée basse, elles doivent lutter pour survivre. D’où, leur extraordinaire capacité à retenir l’eau. Les soins anti-soif utilisent surtout les algues rouges dont l’ectoïne. On la retrouve dans le trio ‘Moisture Lab’ Dr Schrammek : une courte ligne hydratante, mais grand confort. « La marque ne se résume pas au Green Peel », précise la conseillère Pina Carraggi. Dans le Masque Thalasso XXL 30 A Maria Galland, l’algue spiruline tient aussi le haut de la vague avec l’aloé vera. Grand classique, ce peel off énergisant, hydratant et revitalisant est très apprécié par les hommes également.

Un hydratant de nuit, pour quoi faire ?

Quand nous dormons, la peau s’active. Du coup, elle transpire. Ses activités biologiques réparatrices se soldent par une perte hydrique importante qu’il faut compenser. L’agréable Sleeping Crème Thalgo s’en charge avec un pijama d’actifs (acide hyaluronique microencapsulé, concentré d’oligo-éléments ‘Sève Bleue des Océans’, algues rouges effet patch). Pour booster la récupération nocturne et récupérer au matin une peau défroissée : un peptide pro-mélanine. La mélanine – somnifère naturel secrété dans l’obscurité – berce aussi la production raffermissante de collagène et des hormones de croissance ! Véritable oreiller d’hydratation antioxydante, le ‘sound sleep cocon’ Dermalogica protège des méfaits du cortisol. Cette hormone du stress et du manque chronique de sommeil décompose le collagène des mauvaises dormeuses…

Hydrater à la machine

Instrumentaliser l’hydratation, c’est la rendre encore plus anti-âge. Importée par Hoven Cosmetics, la machine ZONER Panestetic enchaîne technologie infra-rouges (15 minutes de stimulation cellulaire) et radiofréquence quadripolaire (15 minutes pour booster le collagène). Ajoutez 20 minutes pour la fonction ‘mésoporation’ : elle optimise la pénétration des actifs d’ampoules, entre autres, hydratantes.  Championne de la régénération cellulaire, la photothérapie LED peut aussi décupler les pouvoirs rajeunissants de l’hydratation. A découvrir ou redécouvrir : l’appareil Photocare Sorisa. « Nous l’importons depuis 7 ans mais l’actuelle demande de solutions douces et naturelles le remet en vedette », commente Serge Roland (Esthétique Technogie). Chaque séance est, en effet, 100% indolore, relaxante et sans aucune émission de chaleur. Les longueurs d’onde utilisées dans la lumière visible sont à l’opposé de celles des UV ! La première phase de la séance active échanges cellulaires, collagène, circulations sanguine et lymphatique. La seconde demande gentiment aux cellules de s’ouvrir aux composants d’un masque. Pour repulper, on choisit l’Hydracare Mask : aloé vera, acide hyaluronique, vitamines A-E-C, collagène végétal. Rouge, jaune, vert, bleu : la palette LED Photocare et son menu de masques traitent encore rides, taches pigmentaires, perte de densité, excès de sébum et acné.

Photos : © Alliance – AdobeStock; © ipag – AdobeStock


1 réflexion au sujet de “Hydratation, geste anti-âge : une vérité à bien comprendre…”

Les commentaires sont fermés.