Dossiers

Bio et végan


Retour à la nature ?

Bio, écologique, naturel, végan… Il existe de nombreuses marques qui prétendent faire les choses différemment. Mais quelles garanties avez-vous en tant que client ?


Par Sylvia Silvester

Les labels, une foison de symboles naturels…

Les cosmétiques à tendance naturelle sont un marché de taille : au cours des quinze dernières années, l’industrie américaine des cosmétiques bio a connu une croissance de quinze pour cent, et l’année dernière, les Américains ont acheté pour 10,1 milliards de dollars de cosmétiques bio. L’industrie essaie de produire le moins cher possible et le prix de revient de chaque ingrédient est soigneusement pesé lors du développement d’un nouveau produit cosmétique. Mais comment se fait-il que de plus en plus de personnes recherchent des cosmétiques biologiques ou végans ?
Selon les psychologues, cela est dû au fait que – surtout avec la crise du corona – nous réfléchissons davantage aux conséquences de notre comportement de consommation sur la nature et l’humanité et aux effets du réchauffement climatique. Nous voulons être respectueux de l’environnement, avoir une empreinte aussi faible que possible et, en même temps, avoir une belle apparence, être en bonne santé, en toute sécurité.
Les dermatologues constatent également que de plus en plus de personnes sont hypersensibles à certains produits chimiques ou à une combinaison de produits chimiques, ce qui augmente encore la demande de cosmétiques respectueux de la nature…
Mais il est important de souligner que l’utilisation d’un produit cosmétique plus « naturel » peut également entraîner une réaction hypersensible de la peau. Il y a par exemple des gens qui sont allergiques à l’eau… mais la façon dont le corps réagit de manière hypersensible à l’une ou l’autre substance à un moment donné est encore une source de recherche pour les allergologues du monde entier…

Qu’en est-il au juste ?

Que veut dire ‘bio’ ? ‘Bio’ et ‘biologique’ dont des termes légaux et sévèrement contrôlés pour la nourriture. Tous les produits bio commercialisés en Europe doivent être conformes à la législation européenne sur l’agriculture biologique.
Des organismes de contrôle, reconnus par le gouvernement, effectuent des contrôles indépendants. En Belgique, il s’agit de TÜV Nord Integra, Certisys, Quality Partner et, pour la Flandre, Control Union. Ces matières premières produites par le secteur alimentaire (par exemple les herbes, les plantes, les baies, les fleurs, les fruits, etc.) sont également utilisées dans les cosmétiques.

Que veut dire vegan ? Le végan est aujourd’hui une tendance majeure, tant dans l’alimentation que dans les cosmétiques. Mais que signifie vegan au juste ?
Le véganisme est un mode de vie qui tente d’éviter complètement ou autant que possible l’utilisation de produits d’origine animale. Il s’agit de parties du corps de l’animal (graisse, peau, fourrure, extraits de glandes ainsi que les poils de fourrure animale pour les brosses et les pinceaux…) ou de produits dérivés et de produits fabriqués par les animaux, tels que les produits laitiers, les oeufs et même le miel et la cire d’abeille. En général, le règne végétal peut fournir de bonnes alternatives grâce à l’utilisation d’aliments et de matériaux à base de plantes. Les végans désapprouvent également l’exploitation des animaux, l’expérimentation animale et la cruauté envers les animaux. Gianfranco Alfonso, de la marque italienne Rhea : « Nous sommes aussi cohérents que possible dans notre approche végane et étendons même cette approche à la colle que nous utilisons pour nos emballages. Pour nous, la sécurité et l’efficacité sont plus qu’une simple certification… »

Nous voyons de plus en plus de labels qui prétendent que les produits sont biologiques, naturels, végans, végétariens et qu’ils n’ont pas été testés sur les animaux.

Difficile pour les producteurs…

Nous avons eu un entretien avec René Nagels, producteur et chercheur de la marque belge Nannic, à propos des nouvelles tendances dans le monde des cosmétiques : « Aujourd’hui, nous voyons de plus en plus de labels qui prétendent que les produits sont biologiques, naturels, végans, végétariens et qu’ils n’ont pas été testés sur les animaux. Il s’agit de stimuler le consommateur qui est aujourd’hui plus sensible aux produits honnêtes, purs, écologiques et respectueux des animaux. Mais cette question couvre-t-elle vraiment l’ensemble du tableau ?

Par ‘biologique’, on entend : ‘Une substance est considérée comme biologique et/ou naturelle si elle est cultivée selon un mode certifié biologique, sans techniques de pollinisation artificielle et sans engrais artificiels ni autres pesticides’. Cependant, la question reste de savoir si le bio est vraiment bio si nous transformons, pressons, extrayons, conservons la matière première biologique au moyen de certaines techniques, car la substance cosmétique utilisable ainsi obtenue n’existe pas en tant que telle dans la nature ! En outre, biologique ne signifie pas nécessairement sûr. Quiconque a déjà été exposé, par exemple, à la berce du Caucase (une grande plante qui pousse sur les bords des routes…) en combinaison avec la lumière du soleil sait qu’elle peut causer des brûlures profondes. Il est parfois préférable de choisir une copie artificielle pour laquelle l’espèce naturelle a servi de modèle, mais qui est sûre. La silicone donne un bon toucher à un produit cosmétique et offre une excellente capacité d’étalement, mais c’est un produit difficile à décomposer et qui finit dans les eaux de surface et la mer… Et l’ingrédient de base de tout produit cosmétique est l’eau. Cela signifie que nous utilisons l’eau du robinet
qui est purifiée, filtrée et soumise à l’osmose… mais a-t-on déjà ajouté du chlore à cette eau ?

Le premier acide hyaluronique a été découvert dans l’oeil d’une vache et dans le peigne d’un coq. Mais aujourd’hui, il est synthétisé artificiellement et de manière sûre sur le plan bactériologique. En ce qui concerne le végan, je fais ici une distinction entre végétarien (le produit n’est pas obtenu à partir d’animaux morts) et végétalien lorsque le produit final ne contient aucun composant animal (donc pas de miel ou de lait de vache). »

Et qu’en est-il de l’expérimentation animale ?

René Nagels : « Nous devons nous demander dans quelle mesure un produit fini est réellement fabriqué sans expérimentation animale. Dans certains pays, l’expérimentation animale pour les cosmétiques est encore ‘obligatoire’ pour accéder au marché. Cela signifie que les importations (bon marché) de cosmétiques en provenance de cette partie du monde sont garanties toujours testées sur les animaux ! Nannic s’est dès lors consciemment éloigné de ce marché. Dans l’UE, l’expérimentation animale par les fabricants de cosmétiques est interdite (CE 1223/2009). En fait, cela rend superflue l’icône que vous voyez sur les labels européennes ‘non testé sur les animaux’ ou ‘sans cruauté’. Pour rester en Europe, prenons comme exemple la matière première ‘vétiver’ (utilisée dans les parfums, les crèmes, les déodorants…). Cette substance est extraite d’un type d’herbe qui pousse dans l’Himalaya. Nous pourrions montrer qu’il est cultivé entièrement en conformité avec les normes actuelles en matière de végétarisme, de véganisme et d’agriculture biologique.

Cependant, si l’on consulte les études toxicologiques imposées par nos autorités gouvernementales afin d’assurer la sécurité des consommateurs, on s’aperçoit rapidement que des animaux ont été utilisés pour déterminer le profil toxicologique du vétiver acétylé ! Cela ne vous fait-il pas réfléchir ? C’est également la raison pour laquelle cette matière première n’est pas utilisée par Nannic. La fabrication de produits cosmétiques reste un défi passionnant. Nous mettons actuellement la dernière main à une nouvelle gamme de soins des mains.

La période Covid a vu une prolifération de gels désinfectants qui peuvent gravement endommager la barrière cutanée. C’est pourquoi nous optons pour un produit sûr avec des ingrédients nourrissants et, ici aussi, nous travaillons avec des produits d’origine biologique en accordant l’attention nécessaire aux personnes, à la nature et aux animaux. Concernant l’utilisation de l’eau comme matière première, la marque Pharmos Natur fait exception, car elle utilise du jus d’aloe vera 100 % biologique dans ses produits. »

Les différents labels bio

Pourquoi n’existe-t-il pas de label unique qui regroupe et représente tous les produits biologiques, naturels, écologiques et végétaliens du monde entier ? Cette ‘prolifération’ est en partie historique et parfois d’inspiration politique, car certains pays ont leurs propres labels. La difficulté réside souvent dans les contrôles, car ils sont le plus souvent effectués par des organisations privées et non par des organismes publics… Gianfranco Alfonso : « Les marques qui choisissent d’utiliser un tel label sont également confrontées à un prix élevé, et toutes les marques ne sont pas suffisamment solides financièrement pour payer ce prix. » Pour faire bref, le monde des cosmétiques est divisé sur l’interprétation des termes ‘bio’, ‘végan’, ‘éco’, ‘naturel’. Mais comme la demande de cosmétiques naturels et le besoin d’une plus grande clarté sur les cosmétiques liés à la nature augmentent, une norme ISO est venue apporter une réponse, puisqu’en en 2016, l’ISO a publié les lignes directrices relatives aux définitions techniques et aux critères applicables aux ingrédients et produits cosmétiques naturels et biologiques.

Toutefois, en raison de la prolifération des labels dans le passé, l’industrie tente à présent d’uniformiser. À l’avenir, nous verrons de plus en plus les logos COSMOS et NATRUE. Ceux-ci viendront progressivement compléter ou remplacer les labels existants : Cosmebio/Ecocert (France), BDIH (Allemagne), Soil Association (Royaume-Uni) et ICEA (Italie), ainsi que Biogarantie® et Ecogarantie® (Belgique). Les cosmétiques biologiques porteront le logo Biogarantie® ainsi que la mention COSMOS BIOLOGIC et les cosmétiques naturels porteront le logo Ecogarantie® ainsi que la mention COSMOS NATURAL. L’association professionnelle des produits cosmétiques Detic (Institut DETIC – www.detic.be) soutient également la Chemicals Strategy for Sustainability (CSS) qui vise à ‘améliorer la protection des citoyens et de l’environnement contre les produits chimiques dangereux et à encourager l’innovation pour le développement d’alternatives sûres et durables’. La Commission européenne propose ainsi une vision claire et prometteuse pour les années à venir ! •


Produits ou marques végans et/ou biologiques :

PHARMOS NATUR avec 100 % de ‘BioUrsaft’ d’Aloe Vera bio utilisé à la place de l’eau.

ABSOLUTION : Au moins 60 % des ingrédients sont issus de l’agriculture biologique. 99 % deces ingrédients végétaux sont biologiques, dont 10 % sont certifiés. La marque estime que la peau est un écosystème autorégulateur et qu’elle doit être traitée comme tel !

2B BIO BEAUTY.

Even Skin Glow de LCN.

L’ensemble de la gamme RHEA.

DERMALOGICA propose une douzaine de produits végans dans sa gamme : Clearing Defense SPF30, Defend & Transform, Intensive Moisture Trio, PreCleanse, etc.

Cleanformance de BABOR.

La gamme Nature à base de Moringa chez LISINE.

DR. MED. CHRISTINE SCHRAMMEK : tout est végan, à l’exception de 6 produits qui contiennent de la cire d’abeille.

ALGOTHERM : la nouvelle gamme Algoéclat avec 3 produits contenant entre 96 et 100% d’ingrédients naturels – antioxydant, antipollution, anti-lumière bleue.

BERNARD CASSIÈRE : les nouveaux démaquillants contiennent de 85 à 97 % d’ingrédients naturels.

MARIA GALLAND PARIS : n’est pas 100 % végan, car certains produits contiennent de la cire d’abeille et un produit, de l’extrait de caviar. Mais l’entreprise met l’accent sur l’évolution constante de ses produits, la sélection minutieuse des ingrédients concernant les parabènes, les ingrédients sans lactose et sans gluten, les filtres UV, les huiles minérales, les microplastiques, etc. L’étiquetage des produits Maria Galland Paris respecte strictement la nomenclature INCI (International Nomenclature of Cosmetic Ingredients).

ANNY REY MONACO : les produits contiennent au moins 85 % de principes actifs naturels à base d’huiles essentielles, d’extraits de plantes et de sels minéraux. Ils sont hypoallergéniques et ne contiennent pas de parabènes.

La gamme Gel Vernis 1944 PARIS : les cosmétiques de coloration optent également pour le naturel : 30 couleurs, végan, ingrédients d’origine naturelle, pas de perturbateurs endocriniens, vitamines qui renforcent les ongles.