Dossiers

Belle, en dépit du cancer


En tant qu’esthéticienne, vous êtes régulièrement confrontée à des clientes qui souffrent d’un cancer. Comment vous y prendre, quels traitements appliquer et qu’est-ce que les clientes peuvent attendre de vous ?

Par Sylvia Silvester

Une existence bouleversée…

Que se passe-t-il lorsque d’une de vos clientes ou vous-même êtes atteintes d’un cancer ? Cela vous tombe dessus sans prévenir. Il vous faut, du jour au lendemain, renverser le cap de votre existence. Votre vie en est totalement chamboulée. Vous devez mettre tous vos projets d’avenir entre parenthèses et vous concentrer sur une seule chose : recouvrer la santé, guérir et vaincre le cancer. Vous êtes alors confrontée à toute une foule de facteurs : l’incertitude, l’angoisse, un corps qui change, la douleur, l’incommodité et… la perte de beauté.

D’après des chiffres récents de la Fondation Registre du Cancer, en Belgique, 1 homme sur 3 et 1 femme sur 4 sont touchés par un cancer avant leur 75e anniversaire. Chaque jour, en Belgique 184 personnes reçoivent le verdict du cancer, soit environ 40.000 personnes par an… Et chaque année, des milliers de personnes s’entendent annoncer qu’elles ont un cancer de la peau. Chaque année encore, quelque 900 patients y succombent, bien souvent parce que le diagnostic a été posé trop tardivement.

Mais c’est quoi, au juste, le cancer ? Notre corps se compose d’environ 100.000 milliards de cellules. Ces cellules naissent, croissent, remplissent leur fonction et meurent ensuite pour laisser place à de nouvelles cellules. C’est un processus naturel qui s’accomplit automatiquement et qui est crucial pour le bon fonctionnement de notre organisme. Et il doit bien entendu y avoir un équilibre entre les cellules qui meurent et les nouvelles cellules qui les remplacent. Lors de la division des nouvelles cellules, de petites erreurs peuvent toutefois se produire dans le matériel génétique. La plupart du temps, ces erreurs sont détectées dans notre corps et réparées par une série de systèmes naturels. Notre système immunitaire détruit alors les cellules défectueuses. Mais il arrive que, pour des raisons inexplicables, ces cellules « mutantes » ne soient pas éliminées. Lorsque les cellules anormales échappent au mécanisme de contrôle du corps et se multiplient librement, elles peuvent former une tumeur maligne. Cette tumeur envahit ensuite l’organe ou la zone du corps où elle s’est formée. Les cellules cancéreuses peuvent également se déplacer dans le corps par le biais du sang ou du système lymphatique et se loger dans d’autres parties ou organes. C’est ce que l’on appelle les métastases. Le mot « cancer » recouvre donc tout un éventail de maladies dont la localisation, la nature, le pronostic et les traitements peuvent varier très fortement. Mais un cancer n’apparaît pas du jour au lendemain. Il faut parfois des mois ou des années pour en poser le diagnostic. C’est pourquoi il est essentiel de rester vigilant en cas de phénomènes corporels anormaux. En tant qu’esthéticienne, il vous incombe également de participer à la surveillance de la peau de votre cliente. Présente-t-elle par exemple une anomalie dans une tache pigmentaire ou de beauté ?

Les différentes formes du cancer de la peau

Tout comme le cancer peut apparaître dans n’importe quel endroit du corps, le cancer de la peau présente lui aussi différentes formes. Les premières sont ce que l’on appelle les mélanomes (grains de beauté cancéreux) et les non-mélanomes. Dans le cas des non-mélanomes, les formes les plus fréquentes sont le carcinome basocellulaire et le carcinome spinocellulaire. Ces deux types de cancers de la peau naissent dans les cellules de l’épiderme et constituent ensemble environ 90 pour cent de toutes les tumeurs de la peau. Les 10 pour cent restants sont des mélanomes qui se forment dans les cellules pigmentaires de l’épiderme.

Outre le nombre de patients atteints d’un cancer de la peau, on voit augmenter également le nombre de personnes présentant un stade précoce de cancer de la peau. Ce stade précoce du carcinome spinocellulaire s’appelle kératose actinique et résulte de dommages causés à la peau par l’exposition au soleil.

Le carcinome basocellulaire est une forme de cancer de la peau qui ne métastase pour ainsi dire jamais et qui s’élimine souvent par une simple intervention chirurgicale. C’est la forme la plus fréquence de cancer cutané. Environ 70 % de tous les nouveaux cas de cancer de la peau sont des carcinomes basocellulaires et cette forme de cancer cutané se rencontre principalement chez les personnes de 45 ans ou plus. Mais les personnes plus jeunes peuvent également être atteintes d’un carcinome basocellulaire. Cette forme de cancer de la peau apparaît la plupart du temps à des endroits du corps souvent exposées au soleil. Comme les gens s’exposent de plus en plus souvent et de plus en plus jeunes à la lumière du soleil, et en raison d’autres influences environnementales comme le réchauffement de la terre, le trou dans le couche d’ozone et la pollution généralisée, cette forme de cancer est malheureusement de plus en plus fréquente. Heureusement, le carcinome basocellulaire présente une croissance très lente.

Le carcinome spinocellulaire est une forme maligne de cancer de la peau et représente environ 15 % de tous les cancers cutanés. Cette forme de cancer de la peau apparaît dans l’épiderme et peut métastaser vers les ganglions lymphatiques et vers d’autres organes. Le carcinome spinocellulaire peut apparaître à tous les endroits du corps, mais se manifeste principalement aux endroits exposés fréquemment et abondamment à la lumière du soleil, comme le visage (oreilles, lèvre inférieure), le cou et le dos de la main. Un carcinome spinocellulaire aux lèvres se caractérise parfois par une tache blanche naissante qui enfle lentement et s’accompagne parfois aussi de squames blanchâtres.

Le mélanome est une forme agressive de cancer de la peau qui se manifeste sous la forme d’une tumeur présentant une croissance agressive et qui a tendance à se métastaser assez rapidement. C’est la forme la plus dangereuse du cancer de la peau. Environ 3000 nouveaux mélanomes sont découverts chaque année. Le danger d’un mélanome, c’est qu’il peut se développer subitement à partir d’un grain de beauté malin, mais qu’il apparaît souvent aussi sur un grain de beauté ordinaire présent depuis plus longtemps. Les mélanomes peuvent apparaître sur tous les endroits du corps : chez les femmes, ce cancer cutané est un peu plus fréquent sur les jambes et chez les hommes, il apparaît un peu plus souvent sur le buste. À un âge plus avancé, les mélanomes peuvent également apparaître dans la région de la tête et de la nuque (cou, nez, oreilles, joues…).

Comment reconnaître une forme de cancer de la peau ?

Quelles sont les modifications qui peuvent indiquer qu’il s’agit d’un cancer de la peau ? Une petite tache qui est présente pendant plus de 3 semaines et qui change de structure et d’apparence (elle grandit, devient plus épaisse, plus irrégulière, saigne, s’obscurcit…) peut être une indication de cancer de la peau. Parmi les autres signes qui doivent vous mettre en alerte figurent notamment une enflure qui grandit rapidement, qui devient rouge, brune ou presque noire et qui saigne facilement. Mais il existe aussi d’autres changements suspects : une croissance (principalement asymétrique et jusqu’à une taille de plus de 5 mm), un changement de couleur (plus foncée ou plus claire) est des démangeaisons (accompagnées ou non de picotements…). Que pouvez-vous faire lorsque vous constatez un signe suspect chez le(la) client(e) ? Envoyez-le(la) directement chez son médecin traitant ou le cas échéant chez un dermatologue. Ce dernier peut éliminer les taches et les soumettre à une analyse cutanée au microscope. De plus en plus d’esthéticiennes travaillent avec des médecins, une collaboration qui profite à toutes les parties, et surtout au(à la) client(e)/patient(e)…

Euromelanoma organise d’ailleurs chaque année la « journée du mélanome », et pour la dixième fois déjà cette année. Ce jour-là, chacun peut consulter gratuitement un dermatologue afin de faire contrôler ses taches cutanées. Si vous voulez en être, il faudra vous dépêcher, car le nombre de places est limité. Qu’est-ce qu’Euromelanoma ? C’est un réseau de dermatologues européens qui font de la prévention du cancer. L’organisation est présente dans 33 pays. Vous pouvez consulter son site internet pour en savoir plus sur le cancer de la peau : de quoi s’agit-il, comment l’éviter et comment le détecter à un stade précoce ? Vous y trouverez des conseils et des informations complémentaires. 

Distinction avec les symptômes de vieillissement

En tant qu’esthéticienne, vous avez affaire à la peau chaque jour. Aussi êtes-vous particulièrement vigilante lorsque vous constatez des changements sur la peau de vos client(e)s. Mais quels sont les changements de la peau normaux lorsque les personnes vieillissent ? Les signes normaux du vieillissement sont les rides, les taches et les petites verrues. Les kératoses séborrhéiques sont fréquentes, mais n’ont aucun lien avec l’exposition au soleil. Presque tout le monde en attrape et elles apparaissent surtout dans la région au-dessus de la taille, à la lisière des cheveux et sur les côtés du visage. Il s’agit de petites taches cutanées qui deviennent progressivement plus grosses et plus sombres et qui démangent parfois. Les verrues proprement dites ne peuvent pas devenir malignes, mais les exemplaires plus sombres sont très disgracieux et peuvent facilement se confondre avec des taches suspectes. L’élimination des kératoses séborrhéiques est une opération simple et rapide qui peut être pratiquée par le médecin ou le dermatologue. Conseillez donc à votre client(e) de toujours les faire enlever.

Les taches de vieillesse de couleur sombre sont un deuxième signe fréquent du vieillissement. Ces dernières apparaissent en revanche souvent des suites d’une exposition au soleil, souvent d’abord sur le nez ou sur le dos de la main. L’apparition de ces taches indique que le(la) client(e) s’est beaucoup (ou trop) exposé(e) au soleil.

Le soleil : le grand coupable ?

En tant qu’esthéticienne, vous remarquez rapidement quand une peau a été abîmée par le soleil. Aussi devriez-vous donner au(à la) client(e) – surtout au printemps, mais aussi en automne – un maximum de conseils pour mieux protéger et soigner sa peau. Car s’il n’est pas possible de revenir sur le passé, il est en revanche possible de travailler préventivement sur le futur…

Effets secondaires : que peut faire l’institut ?

Que peut représenter l’institut pour des patients cancéreux ? Mis à part tous les soins, les angoisses et les soucis, le patient cancéreux voit aussi son corps changer. C’est une source de frustration, mais l’institut peut y faire quelque chose. Chaque traitement contre le cancer a bien sûr ses effets secondaires spécifiques et ils sont très souvent différents. Au début du traitement, le médecin ou l’hôpital remet généralement au patient un petit dépliant avec les informations nécessaires au sujet du traitement (chimio ou autre). Le chimiothérapeute peut également dispenser une foule d’informations, tout comme les oncocoachs employés par la plupart des cliniques.

La chimiothérapie est une des techniques les plus invasives pour lutter contre le cancer. Il est important de savoir que qu’il existe 150 chimiothérapies différentes avec chacune ses effets secondaires. Et chaque patient réagit différemment… Qu’est-ce que la chimiothérapie ? La chimiothérapie est un traitement chimique qui ne fait aucune distinction entre les cellules cancéreuses et les cellules saines qui se renouvellent par nature pour vous maintenir en vie. Parmi les effets secondaires d’une chimiothérapie, citons la chute des cheveux, y compris des cils, des sourcils et autres pilosités corporelles. La peau devient plus sèche et plus sensible, des petites inflammations peuvent apparaître sur certaines muqueuses ou dans les coins de la bouche ou des yeux, sur les grandes sébacées bordant les cils, la peau peut devenir anormalement sensible, y compris à la pigmentation, les ongles deviennent cassants, se fendent ou se déchirent dans le sens de la longueur, des infections fongiques de la peau peuvent faire leur apparition… Le goût et l’odorat peuvent disparaître ou s’altérer (un patient cancéreux peut devenir insensible aux parfums des produits de beauté), certaines saveurs peuvent provoquer des nausées…

La radiothérapie est un autre traitement dans lequel la tumeur est exposée à un faisceau de rayons ionisants visant à détruire les cellules cancéreuses. Cela peut donner lieu à une peau rouge et sèche qui présente parfois une apparence et une sensation de brûlure. Cette méthode peut encore causer des problèmes de peau ou des maladies nerveuses des années après la fin du traitement.

Ce qu’il faut savoir, c’est que certaines effets secondaires sont temporaires, que d’autres disparaissent lentement et que d’autres encore sont durables… 

En tant qu’esthéticienne, vous pouvez jouer un rôle important dans l’aide à apporter aux patients cancéreux. Vous pouvez par exemple donner des conseils sur le camouflage des taches pigmentaires, sur l’utilisation des bons produits (produits neutres sans parfums et avec le moins possible de conservateurs, un pH neutre…), sur la manière de se protéger du soleil… Expliquez à la cliente que la peau et les lèvres doivent être dûment hydratées, apprenez-lui un nouveau maquillage en cas de perte complète des cheveux, etc. Mais c’est surtout le soutien psychologique qui importe pour restaurer le sentiment de dignité et de confiance en soi. L’hygiène est également un point très important, surtout chez les patientes traitées par chimiothérapie. Pas seulement pour l’esthéticienne elle-même, mais aussi pour la cliente, dont la résistance est affaiblie et qui est ainsi plus sujette aux infections et aux contaminations. La désinfection des mains, des appareils, l’utilisation de gants sont par exemple essentielles. Des méthodes telles que le needling, le maquillage permanent, le microblading et toutes les autres techniques utilisant une perforation de la peau sont donc à déconseiller avec des patients cancéreux…

Mais qu’en est-il alors de l’utilisation des appareils ? Qu’est-ce qui est autorisé et qu’est-ce qui ne l’est pas ? Cécile Guilain de Mary H déconseille l’utilisation d’appareillage de cryothérapie sur les patients cancéreux : la cryothérapie donne certes un coup de boost aux cellules, mais en cas de cancer, elle booste aussi les cellules cancéreuses, qui vont ainsi se diviser plus rapidement ou se loger dans d’autres endroits. La société Mesoesthetic Pharma Group est un laboratoire pharmaceutique reconnu au niveau international dans le domaine de la dermocosmétique et de la médecine esthétique, qui produit des cosmétiques et des appareils depuis 30 ans déjà. Cette entreprise a mené des recherches sur l’utilisation de ses appareils en cas de problèmes médicaux, dont le cancer. Pour plus d’explication, vous pouvez prendre contact avec la société Mesoesthetic. Pour d’autres marques d’appareillage et d’autres techniques, il est souhaitable également de demander au fabricant de l’appareil si vous pouvez l’utiliser sur une personne souffrant d’un cancer…

Soutien des marques

Estée Lauder est une des premières marques à apporter un soutien actif aux personnes cancéreuses, en particulier aux femmes souffrant d’un cancer du sein. Mme Evelyn H. Lauder souffrait elle-même d’un cancer du sein et a constaté pendant sa maladie un manque de conscience, de finances et de moyens pour s’attaquer à sa maladie. C’est pourquoi elle a créé l’action Pink Ribbon. Aujourd’hui, cette association connue pour son petit ruban rose a 25 ans et soutient également Look Good Feel Better, une initiative par laquelle des esthéticiennes montrent comment combattre les effets secondaires de certains traitements par des soins appropriés de la peau et un maquillage adapté. Vous recevez également des conseils sur le choix d’une prothèse capillaire, l’utilisation de serre-têtes et de châles. Yon-ka soutient elle aussi les femmes atteintes d’un cancer du sein en versant, durant certaines périodes de l’année, un euro par produit vendu à une organisation de lutte contre le cancer. RainPharma commercialise en collaboration avec Think Pink une crème pour les mains dont les recettes vont intégralement à la campagne nationale contre le cancer du sein. En même temps, RainPharma attire davantage l’attention sur l’utilisation d’ingrédients naturels dans les soins de la peau. Et Maria Galland sponsorise l’organisation de Look Good, Feel Better, une asbl néerlandaise qui organise régulièrement des événements pour les patients cancéreux. L’organisation professionnelle des esthéticiennes Besko organise elle aussi des conférences régulières dans les différentes provinces flamandes en collaboration avec des médecins, des dermatologues et des professeurs sur la reconnaissabilité du cancer. Kom op tegen kanker et la Fondation contre le cancer déploient diverses initiatives et collaborent avec des esthéticiennes qui ont développé des programmes de soins avec des séances de bien-être et d’informations beauté pour les patients cancéreux dans certaines hôpitaux (Saint-Nicolas-Waes, Hasselt…). C’est ainsi que le nouvel institut de formation « Institute for Professional Care VZW (IFPC) » a créé une formation d’une durée d’un an, grâce à laquelle des esthéticiennes diplômées/indépendantes reçoivent une formation afin de mieux prendre en charge des patients cancéreux. Katleen Vanderbeken de l’asbl Institute for Professional Care (IFPC) coordonne, dans un projet pilote à l’AZ Nikolaas pour la Flandre-Orientale, la formation de professionnelle de la beauté avec le cancer. Les esthéticiennes étaient elles-mêmes demandeuses de ce perfectionnement. Les patients peuvent aujourd’hui se rendre dans une série d’hôpitaux dans le cadre d’une approche pluridisciplinaire, parfois en collaboration avec des écoles qui y envoient leurs stagiaires. Mais une fois que le patient rentre chez lui, le seuil vers l’institut ou le salon de coiffure est élevé. La honte… la peur des questions embarrassantes, le fait de se sentir mal dans sa peau. Les esthéticiennes sont elles aussi tenaillées par des craintes diverses : que puis-je faire, que ne puis-je pas faire ? Cela complique souvent la communication entre la cliente et l’esthéticienne. Que pouvez-vous ou non demander ? Ou gardez-vous simplement le silence et n’appliquez-vous qu’un traitement superficiel ? Lorsque vous vous rendez chez une professionnelle de la beauté avec le cancer, vous êtes sûre d’être entre de bonnes mains. En d’autres mots, l’onco-esthétique est aujourd’hui une vraie discipline dont les avantages ne peuvent plus être mis en doute.

Et la marque belge de lingerie Prima Donna fabrique des soutiens-gorges sur mesure pour les femmes qui ont subi une mastectomie. Une styliste expérimentée prendra avec soin vos mensurations afin de fabriquer une prothèse souple pour votre soutien. C’est un service gratuit disponible tout au long de l’année. Bien sûr, un(e) patient(e) n’améliore pas sa santé avec une visite à l’institut, mais cela le(la) tire de son isolement, améliore sa confiance en soi et lui remonte vraiment le moral, ce qui peut constituer un contribution très positive à sa guérison.

Photos : © Syda Productions/© Vasyl/© RFBSIP